Constellation en Entreprise: Etude de Cas

Cette étude de cas provient de l'équipe "RH" d'une grande société de services technologiques. La mission de cet équipe est essentiellement d'effectuer les RH (recrutements, paye, organisation des services, etc.) de nombreux techniciens de maintenance répartis sur l'ensemble du territoire. Le DRH de l'entreprise avait demandé une constellation d'entreprise pour sonéquipe. L'ensemble de l'entreprise se plaignait en effet de ses RH; il y avait dans cette équipe un turnover élevé et beaucoup d'insatisfactions. L'intervention commença par une journée d'entretiens individuels avec les différents membres de l'équipe. Elle fut suivie par une journée de teambuilding pendant laquelle la constellation d'entreprise décrite ci-après fut effectuée. Il y eut ensuite un suivi pendant 3 mois pour aider l'équipe à mettre en oeuvre les changements qu'elle avait décidés. 

Voici donc le récit verbatim de la constellation d'équipe

Constellation d'equipe: le démarrage

L’équipe est là au grand complet : le DRH et ses collègues. Il est 9 heures, ils ne savent pas trop à quoi s’attendre. Après une brève introduction dans laquelle je partage certaines des informations recueillies l’avant veille lors des entretiens individuels, je leur demande de se lever et de mettre toutes les tables de côté.

- Nous allons commencer la matinée par un exercice non verbal.

Ils me regardent un peu interloqués pendant qu’ils poussent tables et chaises.

- Il y a des choses qu’on dit plus facilement avec son corps, avec ses émotions et avec son instinct, poursuivis-je. Et puisque nous n’avons pas encore abordé les choses d’un point de vue intellectuel, c’est le bon moment de laisser parler d’autres niveaux de nos êtres.

Les tables sont maintenant toutes repoussées et je m’approche du patron, Thierry.

- Thierry, acceptes-tu que je te fasse travailler, en te demandant de ne pas réfléchir, mais de sentir, et d’utiliser ta sensibilité ?

- Oui, pas de problème me répond Thierry, sans toutefois avoir l’air de comprendre où je veux en venir.

- Je n’ai pas l’intention de vous expliquer cet exercice, annonçais-je en me tournant vers le groupe. Nous aurons certainement l’occasion d’en reparler après coup. Et vous comprendrez vous-même en cours de route comment ça marche. Mais si je vous expliquais tout maintenant, vous me comprendriez avec votre tête, ce qui ne vous apporterait pas grand-chose. C’est avec votre instinct, vos tripes qu’il faut vivre cet exercice.

Le groupe hochait mollement de la tête.

Premièr positionnement dans l'espace

- Thierry donc, fis-je en lui saisissant l’avant bras. J’aimerais en premier lieu que tu choisisses parmi les personnes ici présentes une personne pour jouer ton rôle, pour jouer le rôle du patron.

Je laissais un silence pendant que Thierry scrutait son équipe.

- Ça peut être un homme, une femme … N’importe qui à vrai dire, à condition que tu sentes que cette personne est la meilleure personne pour te représenter aujourd'hui.

- OK fit Thierry, j’ai choisi Christelle. Et il désigna Christelle, qui était juste à sa droite.

- Viens avec moi, fis-je en tirant Thierry que je tenais toujours par l’avant bras. Tu vas venir derrière Christelle (il y eut des rires dans le groupe), tu vas mettre tes deux bras sur les épaules de Christelle, et tu vas lui dire "Tu es Thierry". Puis tu vas la piloter dans l’espace (et je désignai la vaste salle de formation dans laquelle nous étions) et trouver la meilleure place pour Thierry.

Il y eut un silence et je rajoutai :

- Tu vas positionner Thierry.

- OK, fit Thierry.

Et il posa ses grosses mains d’homme sur les épaules de Christelle, lui affirma qu’elle était Thierry et se mit à la propulser dans un grand tour de la salle, l’orientant tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche, jusqu’à ce qu’ils soient tous deux revenus quasiment à leur point de départ.

- Voilà fit Thierry, et il positionna Christelle, qui jouait le rôle de Thierry à une place très proche de celle que j’avais occupée en tant qu’animateur, face à l’espace où le groupe avait été assis précédemment, en tout début de matinée.

- Après Thierry, qui est la personne la plus ancienne, demandais-je ?

- Anne, me répondit-on.

- Alors Thierry, choisis quelqu’un pour jouer le rôle d’Anne. Et puis pose la main sur les épaules de cette personne, dis-lui "tu es Anne" et positionne là dans l’espace…

C’est ce que Thierry fit. Et il mit Anne presque aux antipodes de Thierry, légèrement sur la droite. Puis il positionna tour à tour Yvonne, Sophie, Christelle, Emmanuel et le dernier arrivé, Frédéric. Arrivé à ce stade, il ne restait personne à prendre et la dernière arrivée, qui avait encore le statut de stagiaire et dont le contrat de travail n’avait pas encore été signé ne fut jamais positionnée.

La représentation obtenue figure ci-dessous (les noms sont ceux des personnes représentées, pas ceux des figurants) :  

Constellation entreprise 1

Le ressenti de l'équipe

Initialement dissipé, le groupe était à ce stade silencieux. Ayant fini de positionner son équipe et lui-même, le vrai Thierry en chair et en os s’était assis sur une chaise un peu à l’écart et se tenait la mâchoire gauche dans la main, comme si sa tête était subitement devenue trop lourde à porter.

Je laissai le silence durer quelques instants, puis je me tournai vers Christelle qui jouait Thierry et me mis à la questionner.

- Qu’y a-t-il pour toi Thierry ?

- Je me sens bien, fit elle d’une voix forte. Ancrée ! Et elle fit un geste persuasif comme si son corps plongeait des racines dans le sol. Je vois tout le monde, je sens que je contrôle bien mon équipe, fit-elle encore.

- Et c’est confortable, demandais-je ?

- Oui.

- Bien fis-je. Reste là où tu es, ne bouge pas. Nous allons regarder comment c’est pour les autres.

Et je me mis à parcourir le groupe en posant à chacun sensiblement les mêmes questions.

- Pour toi Anne, fis-je en serrant l’avant bras d’Emmanuel, qui jouait le rôle d’Anne, pour toi, comment est-ce que c’est ?

Pour Anne, la position était inconfortable. Elle ne pouvait voir son chef qu’en essayant de regarder au dessus de Christelle et Sophie, voire entre elles deux. De plus, si elle se sentait proche d’Yvonne, elle se percevait loin du reste du groupe et du feu de l’action.

Pour Yvonne, il en allait sensiblement de même. De son point de vue, c’était Frédéric qui bloquait l’accès à Thierry, et le sentiment de faire partie d’un sous groupe réduit était similaire.

Vint ensuite le tour de Christelle jouée par Anne, qui fit part de sentiments mitigés. En premier lieu, elle se sentait au centre de tout. Et ce sentiment lui pesait comme lui pesaient tous les regards qui semblaient braqués sur elle. Heureusement, elle bénéficiait du soutien de Sophie, qu’elle sentait proche dans son dos et qui lui donnait de l’assurance. Mais sinon, la position était d’autant plus inconfortable que Frédéric lui paraissait trop proche. Et qu’elle se demandait pourquoi il s’était planté là devant elle comme ça.

Sophie quand à elle percevait la présence de Christelle dans son dos, et cette présence la rassurait. Mais elle ne voyait guère qu’Emmanuel et un grand vide devant elle, qui lui donnait le sentiment de ne guère appartenir à l’équipe.

Vint ensuite le tour d’Emmanuel (joué par Yvonne) qui n’était pas réellement inconfortable mais se sentait un peu dans son coin, ce qui ne lui déplaisait pas.

Quand à Frédéric, le dernier positionné (joué par Adeela), il affirma, vu qu’il venait d’arriver dans l’équipe, qu’il s’était mis là pour observer tout ce qui se passait, et qu’il ne se sentait pas encore vraiment impliqué dans l’équipe, d’autant plus qu’il avait encore quelques liens avec son ancien service. Il dit toutefois que sa position actuelle n’était pas vraiment confortable, et qu’il se verrait bien dans l’espace vacant entre Emmanuel et Anne plutôt que si proche du centre du cercle.

 

Re positionnement de l'équipe

Cette expression avait pris un petit moment et je remerciais tout le monde tout en leur enjoignant de maintenir leurs positions telles quelles.

- Maintenant nous allons voir comment nous pouvons modifier ces positions, et en les modifiant, aider chaque personne à se sentir plus à l’aise dans l’équipe, expliquais-je avant de faire un silence. Et puisque Frédéric est celui qui a dors et déjà exprimé un désir de changement, nous allons expérimenter dans cette direction. Je pris alors Frédéric par les épaules et le mis sensiblement là où il avait demandé à se placer, comme montré dans l’image 2.

Constellation_entreprise_2.jpg - Constellation entreprise 2

- Comment c’est pour toi, demandais-je à Adeela, qui jouait Frédéric.

- C’est mieux répondit-elle. Je respire mieux ! Je me rends compte maintenant que, quand j’étais là bas, au centre, je ne respirais pas, fit-elle en faisant signe à sa gorge.

- Merci. (silence) Et pour les autres, qu’est-ce que ça change ?

- Pour moi, fit Christelle, du coup, je me sens encore plus seule au centre. C’est vrai que cette présence de Frédéric, c’était un peu gênant, si près, juste en face. Mais maintenant qu’il a intégré le cercle, j’ai encore plus l’impression que ma place n’est vraiment pas au milieu comme ça.

Effectivement, Christelle sautillait d’un pied sur l’autre et sa position semblait hautement inconfortable. Pour les autres, ce changement était globalement positif. Ils avaient l’impression d’avoir gagné un collègue de plus.

- Vous voyez, quand une seule personne change dans une équipe, ses collègues s’en trouvent affectés. Et il n’y a pas que pour lui que ça change quelque chose.

 

Re Positionnement (2)

- Voyons voir ce que nous pouvons faire pour les deux du milieu, suggérais-je.

Et je pris d’abord Christelle puis Sophie par les épaules et les mit dans le cercle entre Yvonne et Thierry, comme représenté par l’image 3.

Constellation entreprise 3

Mais ce positionnement ne convenait pas vraiment. Si Christelle et Sophie y trouvaient plutôt un mieux, Anne était par contre insatisfaite parce qu’elle ne voyait plus qu’une de ses deux acolytes qu’elle souhaitait avoir tout contre elle. S’en suivit un petit pas de deux dans lequel Christelle, Sophie, Yvonne et Frédéric échangèrent l’un après l’autre leurs places, jusqu’à ce que l’ordre des personnes dans le cercle se soit modifié, comme illustré par l’image 4.

Constellation_entreprise_4.jpg - Constellation entreprise 4

A ce moment là, une expression plus complète de chacun fut provoquée.

- Qu’est-ce qui se passe pour toi Christelle, demandais-je.

- Je respire, fit Christelle en faisant des gestes amples… J’ai de la place autour de moi… Presque trop d’ailleurs ! Je vois bien le patron (et elle regarda du côté de Thierry) et aussi Anne et Sophie (qu’elle regarda) mais aussi tout le reste de l’équipe. Pour moi ça va.

Pour tous les autres, la position était confortable, à ceci près que le cercle paraissait trop élargi au niveau d’Emmanuel et de Thierry. Il fut donc resserré à ce niveau. Mais pas trop, compte tenu du fait des besoins d’espace de Sophie. 

- Comment vous sentez-vous, demandais-je à chacun ?

- Bien, répondirent-ils les uns après les autres.

Et cela se voyait sur les visages. Chacun avait l’air souriant, bien apaisé.

- Si l’on considérait votre sentiment d’appartenance à l’équipe fis-je, sur une échelle subjective de 0 à 10. Sachant que si vous dites "0", ça veut dire que vous n’avez absolument pas le sentiment d’appartenir à l’équipe. Et si vous dites "10", vous avez un sentiment parfait d’appartenance à l’équipe. Alors sur cette échelle, quel serait votre sentiment d’appartenance ?

- 9 fit une première voix.

-  10 une seconde.

Tout le monde se situait soit à 9 ou 10.

 

Et l'entreprise dans tout ça ?

- Qu’en penses tu Thierry, demandais-je au vrai patron de l’équipe, qui était toujours assis sur sa chaise, un air indéfinissable sur son visage.

- Hum, fit-il en s’animant légèrement, cette situation est le reflet de la complexité du positionnement des individus dans un groupe… Et il se lança dans un grand baratin … Puisque les récits des sensations subjectives éprouvées par les acteurs est le résultat direct d’une évolution qui n’est pas entièrement pilotée par eux-mêmes et qui dépend tant de leur évolution propre au sein de la configuration globale que des mouvements d’autres éléments du système sur lesquels ils n’ont aucun contrôle…

Thierry reprit son souffle et s’apprêtait visiblement à développer sa thèse. Je ne lui en laissai pas l’opportunité et lui signifiai que son premier commentaire suffisait, qu’il ne s’agissait pas de disséquer l’ensemble du processus. Puis je me mis à tourner autour du cercle d’abord en silence, puis en disant, comme si je me parlais à moi-même, « mais où donc est l’entreprise là-dedans ? Où donc est l’entreprise ? »

- Oui en effet, fit une personne du cercle, on est très bien entre nous, là, mais où est donc le reste de l’entreprise ?

Et c’est ainsi que le groupe consacra une heure de plus à patiemment reconstituer des positionnements qui leur permettraient d’être biens les uns avec les autres, tout en satisfaisant pleinement leurs clients internes au sein de l’entreprise.

 

Retour à la présentation générale des constellations systémiques