TRAUMA ET refoulement

 

L’intensité émotionnelle des événements traumatiques (trauma) va donner naissance à un mécanisme bien étudié depuis sa mise à jour par Freud : le refoulement

S'il est souvent encouragé par les proches ("oublie tout ça et tourne la page...") le refoulement ne résulte généralement pas d’une intention consciente d’oublier un événement traumatisant. Mais bien du fonctionnement de la mémoire et de l’incapacité à se souvenir (dans un contexte ordinaire) des détails de l'événement traumatique et de la charge émotionnelle qui en résulta. "Une expérience traumatique est une chose si intense et submergeante", dit le Dr. Frank Gerbode, fondateur de la TIR, "que celui qui en est victime ne peut la percevoir dans sa totalité ni se permettre de la vivre complètement.” Malheureusement, cette incapacité à se souvenir des trauma entraine l’incapacité à se remémorer les conclusions souvent irrationnelles qu’on en a tiré et dont on souffre jusque dans le présent.

Ainsi une femme violée risque de percevoir une terreur irrationnelle face à tous les hommes, bien que consciente qu’ils ne sont pas tous des violeurs.

Comme l’a montré Daniel Goleman, l’inventeur du concept d’intelligence émotionnelle, “le refoulement est bien souvent refoulé“. Le trauma lui-même est oublié, mais on a aussi oublié qu’on avait oublié. Le piège est alors parfait et il devient impossible d’en sortir.

Trauma: Echapper au refoulement

Le refoulement est un enfermement. Et pour y échapper ainsi qu'à ses conséquences, les outils thérapeutiques du TIR vont provoquer une remontée progressive des souvenirs. Le mot progressif a ici toute son importance car le détail du trauma ne réapparaitra qu’à la vitesse à laquelle ils peut être digéré. Une image par ci. Une sensation par là. Une pièce du puzzle. Le souvenir d'un dialogue. Une sensation. Une séquence du film de l'événement. On ne sera donc jamais submergé par un revécu à l’identique du trauma. On pourra prendre le temps d'annuler pleinement le refoulement et ses conséquences jusqu'à ce que tout l'événement soit digéré.

 

Page de présentation du TIR : Traumatic Incident Reduction

Page d’information sur les trauma

TRAUMA: EST-IL SURMONTÉ ?

Le trauma est-il vraiment surmonté ? Comment le savoir ? Le TIR (Traumatic Incident Reduction) a introduit trois critères simples pour déterminer la fin du traitement d'un trauma: 

        • Trauma et mémoire La personne peut, si elle le désire, se souvenir de l'ensemble de l'événement traumatique à l'origine de son mal-être jusque dans les moindres détails. 
        • L'événement ainsi remémoré à perdu sa charge émotionnelle. On peut y penser sans ressentir les émotions intenses (colère, rage, honte, nausées, ...) qui ont généralement ressurgi lors des premières remémorations. 
        • Le trauma ainsi remémoré a perdu son intérêt. J'ai été traumatisée, OK, et alors ?