TRAUMA: SYMPTÔMES ET TRAITEMENT

Quand on pense trauma, "expériences traumatiques", ce qui vient tout d'abord à l'esprit ce sont des événements violents tels que: les viols, les accidents, les blessures de guerre, les prises d'otages, etc. 

Mais les trauma sont aussi causés par des événements beaucoup moins spectaculaires et beaucoup plus répandus en Suisse. Les ruptures sentimentales, les décès, les violences familiales, la perte d'emploi, les accidents (de la route, de ski, ...) les opérations (dont les avortements), les cambriolages, etc. sont des événements relativement "ordinaires" et susceptibles de créer des trauma. 

Ce qui caractérise le trauma, c'est la persistence de la souffrance après la fin de l'événement. Cauchemars, insomnie, perte d'apétit, pensées obsédantes, flash-back (on est assailli par des images de l'événement traumatisant). Emotions et ressentis négatifs incontrôlables, colères, dépression, refoulements ... Ce sont les symptômes post-traumatiques et c'est leur présence qui devrait inciter à soigner le trauma. Ils sont accompagnés, d'un point de vue médical, par des changements chimiques cérébraux qui peuvent modifier la réaction de l'individu face au stressTrauma: il faut se soigner !

 

Trauma: Que faire ?

Premier conseil: Consulter !

S'il est normal de se sentir "choqué" pendant quelques jours après un événement traumatique, il n'est pas normal d'avoir des flash back ou de ressentir du stress des semaines ou des mois après l'événement. Les symptômes listés ci-dessus doivent inciter à consulter. 

Deuxième conseil: Désactiver les souvenirs traumatisants

"Une expérience traumatique est une chose si intense et submergeante", dit le Dr. Frank Gerbode, fondateur du TIR (Traumatic Incident Reduction) "que celui qui en est victime ne peut la percevoir dans sa totalité ni se permettre de la vivre complètement." Le travail du psychothérapeute va donc, pour l'essentiel consister à faire "digérer" l'événément traumatisant. Il faudra réduire et absorber la charge émotionnelle qui pèse sur lui. En tirer les enseignements cognitifs. C'est le but recherché par les méthodes de traitement du stress post traumatique (TIR, EMDR, etc.). 

Troisième conseil: Ne pas oublier le corps

A première vue, le trauma peut apparaître comme un phénomène psy. Emotions, stress, changements hormonaux, perte de l'appétit (ou au contraire boulimie) le trauma est en réalité hautement corporel. Et c'est ici que le travail du naturopathe intervient pour obtenir un rééquilibrage du corps sous jacent à celui des émotions et favoriser le retour à la santé. 

TRAUMA: EST-IL SURMONTÉ ?

Le trauma est-il vraiment surmonté ? Comment le savoir ? Le TIR (Traumatic Incident Reduction) a introduit trois critères simples pour déterminer la fin du traitement d'un trauma: 

        • Trauma et mémoire La personne peut, si elle le désire, se souvenir de l'ensemble de l'événement traumatique à l'origine de son mal-être jusque dans les moindres détails. 
        • L'événement ainsi remémoré à perdu sa charge émotionnelle. On peut y penser sans ressentir les émotions intenses (colère, rage, honte, nausées, ...) qui ont généralement ressurgi lors des premières remémorations. 
        • Le trauma ainsi remémoré a perdu son intérêt. J'ai été traumatisée, OK, et alors ?