L'acupuncture: Comment est-ce que ça marche ?

Comme toutes les pratiques médicales, l’acupuncture est née dans un contexte culturel bien particulier, celui de la Chine. C’est donc d’abord dans ce contexte que je vais tenter de répondre à la question « comment est-ce que ça marche ? »

Acupuncture_tableaux.jpg

Du pont de vue de la médecine chinoise

L’acupuncture est basée sur l’hypothèse de l’existence d’une « énergie » appelée Chi  ou Qi qui parcours le corps humain par un ensemble de canaux qui irrigue toutes les parties du corps. Ce flux d’énergie est responsable de la circulation sanguine, et dans ce contexte, l’acupuncture est censée réguler le flux de Qi. Que l’on restore un flux sain de Qi, et il y aura une circulation sanguine saine. Donc un apport sain d’oxygène et de nutriments aux cellules qui pourront fonctionner de façon saine, et éliminer convenablement leurs déchets.

Du point de vue de la médecine chinoise, chaque organe est desservi par un réseau de canaux transportant le Qi. Les points d’acupuncture correspondant à ce réseau se trouvent dans des petites dépressions de la peau, appelées « men » ou « portes » qui correspondent aux points où les caneaux d’énergie sont proches de la surface de la peau. La médecine chinoise compare ces « portes » à celles des anciennes cités fortifiées, portes que l’acupuncture va s’évertuer d’ouvrir ou de fermer afin d’ajuster la circulation de Qi dans les canaux d’énergie. Si l’on traduit cette métaphore en langage médical moderne, l’acupuncture améliore la micro circulation sanguine, la respiration, la régulation de la température et la fabrication des cellules sanguines. Elle stimule le système nerveux central, active les mécanismes de régénération cellulaire et améliore l’équilibre dynamique des organes.

Du point de vue de la médecine occidentale

Chercher_les_points_d_acupuncture.jpgLe Dr Pomeraz, neurophysiologue, fut un des pionniers dans l’étude de l’acupuncture par la médecine occidentale. Il a étudié l’efficacité de l’acupuncture contre la douleur, la régénération des nerfs et la cicatrisation de la peau depuis les années 1970. Il a montré qu’en matière de soulagement des douleurs chroniques (l’une des utilisations de l’acupuncture qui nous est souvent demandée à Neuchâtel), l’acupuncture soulage entre 55% et 85% des patients, ce qui en fait un remède aussi puissant que la plupart des médicaments. Le Dr Pomeraz explique qu’on comprend assez bien les mécanismes de l’acupuncture en rapport avec la douleur : l’acupuncture stimule des petites fibres nerveuses secondaires qui conduisent à la production  de neurotransmetteurs qui soulagent la douleur (endorphines, enképhalines, monoamines, etc.). L’acupuncture a l’avantage de ne pas induire les effets secondaires souvent associés à la pharmacopée occidentale : nausées, fatigue, assoupissement. Elle n’est pas non plus toxique pour l’organisme.

Et ici à Neuchâtel ?

Depuis le travail de pionnier du Dr Pomeraz, de très nombreuses études ont validé la pertinence de l’acupuncture, comme on le verra ici: Répertoire des études sur l'acupuncture.

Les questions ne portent donc plus tellement sur l’efficacité de l’acupuncture, mais sur son intégration dans les systèmes de santé. Et dans ce domaine, la Suisse occupe une place privilégiée, puisque les acupuncteurs sont, sous conditions intégrés dans les systèmes de soins et leurs prestations prises en charge par les caisses maladie. A Neuchâtel, les acupuncteurs travaillent de surcroît en bonne intelligence avec le corps médical. Et cette complémentarité est essentielle, car si l’acupuncture est efficace, elle ne peut pas tout. Et dans l’intérêt du patient comme de celui des praticiens, c’est généralement la collaboration entre l’allopathie (médecine générale) et acupuncture qui donne les meilleurs résultats.

Présentation de la médecine chinoise.

Présentation du Qi Gong, la gymnastique du Qi.

Acupuncture: la liste des pathologies validées par l'OMS (Office Mondial de la Santé à Genève).

Lifting anti-rides par l'acupuncture