Médecine chinoise: Est-elle scientifique ? 

 

Il y a les inconditionnels, ceux qui y croient depuis longtemps et qui se laissent soigner sans poser de questions. Et puis il y a les autres, ceux qui découvrent et l'une de leurs premières question est toujours : est-ce que la médecine chinoise est scientifique ? Et ceux-là sont plus nombreux en Suisse qu'en Chine, pour des raisons évidentes. 

On aimerait pouvoir donner une réponse claire, nette et tranchée, mais ce ne sera pas le cas. Explorons donc les arguments des deux camps. 

 

Non, la médecine chinoise n'est pas scientifiqueMedecine chinoise: les meridiens d'acupuncture

Les voix sceptiques d'abord. Leurs arguments sont multiples: 

  • La médecine chinoise utiliserait des concepts non scientifique, comme l'énergie (le Qi), les méridiens d'énergie, les 5 éléments, etc. qui n'auraient pas de fondement scientifique et pour l'existence desquels il n'existerait pas de preuves scientifiques. Sing & Ernst expliquent par exemple dans Trick or Treatment, Alternative Medecine on Trial que "les principes traditionnels de l'acupuncture sont tout à fait douteux, et qu'il n'y a aucune preuve de l'existence du Qi (Ch'i) ou des méridiens d'énergie". 
  • La médecine chinoise utilise une terminologie ésotérique, comme "le renforcement de la vitalité", le yin et le yang, etc., qui n'ont pas d'équivalents dans la médecine occidentale. 
  • La médecine chinoise utiliserait des remèdes non prouvés, comme les herbes chinoises et l'acupuncture. 
  • La médecine chinoise serait pratiquée par des personnes sans qualifications, sous qualifiées, ou avec des qualifications farfelues. 
  • La médecine chinoise aurait des prétentions sans fondements, comme celle de guérir le cancer, etc. 

Quelle que soit la valeur individuelle de ces arguments, ils résultent en partie de l'incompréhension culturelle totale entre tenants d'une philosophie orientale et praticiens médicaux occidentaux. Pendant longtemps les uns et les autres se sont regardés en chiens de faïence et ce n'est qu'au début du 21ème siècle que les lignes ont commencé à bouger. 

Oui, la médecine chinoise est scientifiqueMédecine chinoise: les 5 éléments

Si aujourd'hui la médecine chinoise a trouvé le chemin de nombreux hopitaux et cliniques, notamment en France (on lira par exemple cet article sur la médecine chinoise dans les hopitaux), c'est que les mentalités ont évolué. La complémentarité entre médecine chinoise et médecine occidentale apparaît aujourd'hui plus clairement, et les craintes se sont atténuées.

La  communauté scientifique accepte maintenant d'adapter ses protocoles scientifiques pour étudier la pratique de la médecine chinoise plutôt que sa théorie. Les études portent désormais sur de vrais traitements pendant lesquels l'acupuncteur traite plusieurs points différents sur chaque patients. Jusqu'alors, on imposait qu'il ne traite qu'un seul point et que ce soit toujours le même, ce qui était un non sens!  Et du coup les résultats des études deviennent positifs: 

  • L'Organisation Mondiale de la Santé a compilé une liste impressionnante de pathologies pour lesquelles l'efficacité de l'acupuncture a été démontrée (sciatique, dépression, hypertension, migraine, effets des chimiothérapies et des rayons, arthrite, douleurs au dos, déclenchement de l'accouchement, etc.). 
  • L'Université du Minnesota a recensé plus de 1000 études universitaires relatives à l'acupuncture et constate que les études récentes, mieux calibrées sont beaucoup plus positives. 
  • Il y a consensus de la communauté médicale quand au fait que l'acupuncture est sans danger quand elle est pratiquée par un professionnel correctement formé, et que ses effets secondaires sont quasi inexistants. 

Une complémentarité émergenteUn médecin chinois

Dès 1997, le NIH (National Institute of Health, émanation du Ministère de la Santé des Etats-Unis) rendait un célèbre avis encourageant la recherche sur l'acupuncture.  "L'acupuncture est une intervention thérapeutique communément pratiquée aux Etats-Unis. Bien qu'il y ait eu beaucoup d'études quand à son utilité, celles-ci ont produit des résultats équivoques (…). Toutefois des résultats prometteurs ont émergé (pour telle et telle pathologie...) montrant l'efficacité de l'acupuncture pour un certain nombre de pathologies. Il y a d'autres situations (liste des pathologies…) pour lesquelles l'acupuncture peut être un traitement complémentaire ou alternatif et mérite d'être incluse dans les plans de traitement. La recherche future montrera plus précisemment dans quels domaines l'acupuncture sera utile."

Quinze ans plus tard, le faisceau de preuves s'est élargi, bien qu'il reste très focalisé sur l'acupuncture. Il reste donc beaucoup de travail de recherche à faire, et de traduction de concepts chinois en paramètres observables occidentaux (le Dr Niboyet a par exemple montré que les points d'acupuncture étaient les points de moindre résistivité électrique au niveau de la peau). 

 

Une autre façon de voir la santéYin et Yang en médecine chinoise

La médecine chinoise trouve sa place en occident non seulement parce qu'elle fonctionne mais aussi parce qu'elle répond aux besoins des patients : 

  • Elle propose des traitements plus axés sur la prévention des déséquilibres et le maintien de la santé.
  • Elle proose des traitements qui n'ont généralement pas d'effets secondaires. 
  • Elle prend en compte toutes les dimensions de la santé physique et mentale dans le diagnostic et la prescription des soins.  

Médecine occidentale et médecine orientale n'ont pas de raison de se combattre. L'heure est à la recherche de leurs complémentarités. Et celle-ci passera aussi bien par une évolution des mentalités  -en cours- que par des changements de réglementation et dans les pratiques de formation des uns et des autres. 

 

Retour à l'article principal sur la Médecine Chinoise

Notre article sur l'acupuncture

Un outil spécifique de médecine chinoise, le diagnostic par le pouls